Festival Vocales de Thones

Festival Vocales de Thones

Festival Vocales de Thones

Du 20 au 28 Mai 2016, les Vocales de Thônes, le festival de toutes les voix de la musique avec Lynda Lemay, Sanseverino, Carmina Burana, Ensemble Epsilon, Trio Trioche et Faada Freddy

6-©Barron Claiborne-Design Lanovella

Imany

  • Mercredi 17 mai 2017
  • 20h30
  • Salle des Fêtes de Thônes

Chanteuse au style pop/folk dont les influences sont à chercher du côté de Tracy Chapman ou Billie Holiday, Certifiée Platine dans plusieurs pays, IMANY a offert à son public, pas moins de 400 moments de pure magie sur scène. Son timbre de voix chaud et profond, sa coiffe de tissu et son univers visuel travaillé et délicat l’imposent comme une artiste à la fois glamour, authentique et grand public.
En ligne de mire de son nouvel album, l’effort solitaire et commun que nous devons fournir pour préserver le monde d’aujourd’hui et construire celui de demain.

Réinitialisation de la sélection
Acheter le vocapass

Aff 80x120 2017-071216_bd

Chanteuse au style pop/folk dont les influences sont à chercher du côté de Tracy Chapman ou Billie Holiday, Certifiée Platine dans plusieurs pays, IMANY a offert à son public, pas moins de 400 moments de pure magie sur scène. Son timbre de voix chaud et profond, sa coiffe de tissu et son univers visuel travaillé et délicat l’imposent comme une artiste à la fois glamour, authentique et grand public.
En ligne de mire de son nouvel album, l’effort solitaire et commun que nous devons fournir pour préserver le monde d’aujourd’hui et construire celui de demain.

« J’ai toujours aimé chanter, j’ai longtemps pensé que ce n’était pas pour moi ! »

Si Imany a trouvé sa voie sur le tard, elle a depuis parcouru un bon bout de chemin, sans pour autant presser le pas, en prenant le soin de choisir le bon tempo.
De premières parties en concerts sous son nom, elle aura su peaufiner son style.

En 2011, avec « The Shape Of A Broken Heart », c’est le début d’une irrésistible ascension vers les sommets, portée par le titre
« You Will Never Know ». Plus de 400 concerts à travers le monde, près de 400 000 disques écoulés, dont presque une moitié en France. Imany a tracé sa route, creusé son sillon entre soul, folk, blues et pop.

Sans forcer elle a su imposer son style, une mélancolie rageuse, des textes aiguisés sur l’expérience d’une vie. Celle d’une jeune fille pour qui tout n’était pas joué d’avance. Voilà peut-être pourquoi elle s’est choisie comme surnom un mot en swahili, que l’on peut traduire par « foi ».

Cinq ans après ses débuts, Imany est donc de retour. Pour son dernier album, la chanteuse aura multiplié les allers et retours entre Paris et Dakar.

« Généralement, la musique vient d’abord. Quand je tiens la mélodie, l’écriture va vite. Nous avions une cinquantaine de chansons, et nous en avons gardé une douzaine. »

« Le live a donné des impulsions nouvelles, un son de groupe plus organique, qui a la double faculté de toucher à la fois à l’intime et à l’universel. »

Il en va de même pour les textes, qui interpellent tout à la fois la nature de l’Homme et interrogent la femme qu’elle est. Des chansons qui assènent quelques vérités sur l’amour, et toutes ces histoires qui sont liées :

« Dans cet album, les mélodies sont plus fortes, les textes sont plus assumés, mais toutes les chansons ne sont pas autobiographiques, loin s’en faut. Néanmoins, je dois bien planter ma plume dans l’histoire réelle, la mienne ou celle des autres. »

C’est d’ailleurs en regardant l’actualité qu’Imany (prop)ose, entre les lignes ou de façon explicite, montrer une autre facette de sa personnalité : concernée par l’état du monde.
« Save our soul » est ainsi un cri d’amour contre la violence télévisuelle, téléguidée.

« Qu’est-ce qu’on fait de tout ça ? Qui arrivera à sauver les voyeurs et les acteurs de cette violence ? Aujourd’hui on sait tout ça et ça rend la situation encore plus désespérante ! On ne peut pas se contenter de filmer, de regarder… Le problème est global, la solution passe par une prise de conscience générale. »

Pas question de sombrer, pour celle qui a pris tant de chemins détournés avant d’y arriver. “C’est dans l’obscurité qu’il est beau de croire en la lumière”(*), confie-telle dans « The Silver Lining », la chanson la plus positive.

Message reçu, bien entendu.


(*) Edmond Rostand